Bienvenue sur le blog des assistantes maternelles agréées et libérales de Sisteron et des environs

vendredi 10 février 2017

Pikler LOCZY

PIKLER LOCZY : accompagner l’enfant vers son autonomie

Motricité libre, référence, importance du soin… Voilà près de quarante ans que les observations de la pédiatre hongroise Emmi Pikler, alors directrice de l’Institut Lóczy, ont changé le regard de professionnels sur la petite enfance. Si de nombreuses structures d’accueil s’inspirent aujourd’hui de l’approche piklerienne dans leur projet pédagogique, pour un accueil plus respectueux de l’enfant, ses travaux restent encore méconnus ou difficiles à accepter.

 
Crèche Popy
En 1946, Emmi Pikler, pédiatre et psychopédagogue déjà renommée pour ses écrits, crée à la demande du gouvernement hongrois, une pouponnière pour accueillir les enfants orphelins et abandonnés. Ce sera l’Institut Lóczy du nom de la rue où il est installé à Budapest. L’équipe va y mettre en place des conditions d’accueil particulièrement innovantes pour l’époque, basées sur le respect de l’enfant, de son rythme de développement et de ses envies. Contemporaine de Maria Montessori qui s’intéresse alors aux enfants de plus de 3 ans, Emmi Pikler sera l’une des rares à observer les nourrissons. Forte de son expérience auprès des familles, elle constate que les tout-petits peuvent développer des compétences innées, sans aucun enseignement ni apprentissage extérieur, sous le regard attentif des parents ou des éducateurs qui les observent, les accompagnent, les soutiennent et veillent à leur apporter un cadre stimulant et sécurisant, sans pour autant intervenir dans leurs apprentissages.

Des principes fondateurs   
Des reportages entrevus sur l’Institution Lóczy, lorsque les Français ont commencé à s’y intéresser, certains ne retiennent que la sieste au grand air quelle que soit la saison, les repas pris sur les genoux des nurses et ces enfants orphelins. Mais l’approche piklerienne nous mène bien au delà de ces clichés, s’appuyant sur quelques grands principes directeurs simples que nous allons détailler : accueillir l’enfant avec la conviction que d’emblée, il est compétent. Qu’une motricité libre et une activité autonome le laissent se construire à son rythme, dans un développement harmonieux, à condition qu’il soit soutenu dans la continuité par une personne de référence, et nourri par la relation de qualité qu’il entretient avec elle, dans chaque moment de soin. Pour les professionnels de la petite enfance, accueillir un enfant à la Pikler,  c’est avoir un projet d’accompagnement pour lui, en tenant compte de son histoire familiale ; garantir la continuité la plus fluide dans les soins et l’attention qu’il va recevoir, sans qu’il ne subisse la main mise du groupe.

Motricité libre et activité autonome
En dehors de ses périodes de sommeil, l’enfant est placé dans une situation qui favorise au maximum « son activité auto-induite spontanée ». Libre de ses mouvements, on le laisse faire comme il l’éprouve, comme il le sent, pour qu’il acquière la maîtrise de son corps. Pour un nouveau-né, c’est allongé sur le dos sur un tapis ferme mais confortable. Une position reposante qui lui permet de se mouvoir à son aise, le corps libéré de ses entraves, de toutes tensions inutiles. Si l’enfant est en difficulté, on n’intervient si nécessaire qu’après lui avoir laissé le temps d’expérimenter seul, en faisant le minimum pour qu’il retrouve la maîtrise de la situation. Ensuite, l’espace dans lequel il évolue va grandir avec lui. C’est par une observation attentive que l’adulte va pouvoir analyser son comportement et faire évoluer l’aménagement de l’espace, afin de mettre à disposition de l’enfant ce dont il a besoin. Ni trop, ni trop peu. On laissera à sa portée, les objets, les jouets ou le matériel varié, choisis avec soin, qui solliciteront son activité et stimuleront son activité motrice de manière indirecte, en tenant compte de ses possibilités et de l’évolution de son intérêt. Son environnement est lisible et ordonné, toujours rangé de la même manière sans pour autant être mis en scène. Le jeu qu’il va ainsi développer est le sien. Il est parfois difficile de comprendre, surtout pour des professionnels de la petite enfance, que leur rôle n’est pas de jouer avec l’enfant mais de le soutenir et d’être témoin du plaisir qu’il nous montre dans son activité. Bien que l’adulte soit toujours très bon joueur vis à vis de l’enfant, il finit toujours par mener et tirer à lui les règles du jeu. Pourtant, lorsqu’il joue, l’enfant connaît la suite à donner. Il suffit de le confier à lui même, de porter sur lui un regard bienveillant.

De l’importance du soin   
Lors de la toilette, du change ou du repas que l’adulte va pouvoir prendre toute la mesure de son rôle. En effet, c’est dans ces temps de soins - qui peuvent sembler au premier abord très matériels et insignifiants - que l’enfant va puiser toute la sécurité affective et la prise de conscience de lui-même qu’il mettra à profit, plus tard, dans son activité spontanée auto-induite. A nous de lui offrir des temps de soin de qualité, toujours dans le souci de préserver ou susciter le plaisir du tout-petit et de favoriser son autonomie. Il va de soi que l’enfant n’est jamais traité comme un objet, mais comme un être qui sent, observe et mémorise. On s’applique à observer une certaine routine, une régularité même dans les détails, sans hâte ni bousculade et sans jamais être interrompue. Et rassurez-vous, ça ne prend pas plus de temps ! Car petit à petit sont gommés tous ces moments ou l’enfant s’oppose et retarde le travail de l’adulte… Si les temps de soin sont souvent mal considérés, il y a une véritable réflexion à pousser sur le bien-être corporel de l’enfant et la continuité, pour harmoniser nos pratiques. Comment les enfants sont-ils amenés au soin ? La façon de prendre et de reposer un bébé en est un bon exemple. On ne l’attrape pas sans crier gare, on l’appelle par son prénom, et si nécessaire on l’incite à se tourner sur le dos pour capter son regard. Ensuite le bras est légèrement soulevé pour glisser une main derrière la tête afin qu’elle soit parfaitement soutenue. Alors seulement il est soulevé. A la douceur s’associe l’envie de le faire participer : en lui expliquant et commentant ce que l’on fait, en lui présentant les objets utilisés et en utilisant sa coopération active aux gestes nécessaires. Les premiers mois, l’adulte profite des gestes spontanés du nouveau-né puis lui demande de lever les jambes, de tendre le bras. Enfin, en grandissant, il deviendra de plus en plus conscient de cette coopération jusqu’à ce qu’elle devienne volontaire.

La référence et la sécurité affective   
Dans chaque échange, c’est une relation de confiance qui s’installe entre l’adulte et l’enfant. Ce sont d’ailleurs ces temps de soin qui vont lui permettre de connaître et différencier la ou les personnes de référence, qui vont chaque jour lui donner son repas, le coucher pour la sieste, le changer, tout en construisant une relation affective réelle avec eux. On a parfois peur de cet attachement, de cette relation affective essentielle qui se tisse. Mais c’est en adoptant une posture professionnelle solide dans les soins que l’on parvient à éviter l’ultra dépendance. L’attachement est un moyen essentiel pour l’enfant de développer la sécurité affective qui lui permettra d’évoluer vers une autonomie propre et réelle. Dans cette régularité, l’enfant prend des points de repères. Il reconnaît des signaux, il sait qu’ils se reproduisent. Il peut ainsi anticiper, se préparer et donc attendre. Il apprend à différer son besoin car il sait que son besoin sera satisfait comme d’habitude. Dans les structures d’accueil collectif, il y a parfois deux à trois personnes de référence qui se relaient auprès de chaque enfant. Dans ce cas, il est important de veiller à ce que toutes travaillent avec des postures professionnelles identiques, la même feuille de route, mais avec leur savoir-faire personnel…

Un rayonnement au delà des frontières
Aujourd’hui, si Emmi Pikler n’est plus de ce monde, sa relève semble assurée. L’institut Lóczy est toujours une pouponnière. Il abrite également un lieu d’accueil parents-enfants et une crèche (depuis 2006) donc la création devrait faire taire les critiques qui reprochaient à l’approche Pikler-Lóczy de ne s’adresser qu’aux orphelins. Nous avons encore beaucoup à apprendre de ce regard confiant porté sur l’enfant. Des idées encore difficiles à accepter par certains pédiatres et professionnels de la petite enfance aux théories plus interventionnistes qui auraient tendance à considérer comme un retard l’évolution plus lente de certains enfants, et inciter les parents à brûler au plus vite les étapes du développement de leur tout-petit. Pourtant depuis plus d’un demi siècle, l’approche pédagogique d’Emmi Pikler a traversé les frontières. Elle est désormais très populaire en Autriche, en Allemagne, en Suisse et à travers le monde. L’Association Pikler-Lóczy France, très dynamique, poursuit la réflexion sur l’enfant et son travail pédagogique auprès des mères et des professionnels de la petite enfance.
 
 https://lesprosdelapetiteenfance.fr/bebes-enfants/psycho-pedagogie/pikler-loczy/pikler-loczy-accompagner-lenfant-vers-son-autonomie

dimanche 11 décembre 2016

Cette année nous avons demandé à la compagnie "A pas de Lune" de faire rêver les petits lors de notre spectacle de Noël.  http://www.apasdelune.com/
La comédienne a enchanté  petits et grands avec son spectacle "Au jardin des doudous".
Et puis bien sûr après la représentation nous avons eu la visite du Père Noël, qui , même si quelques tout petits ont pleuré, a ravi tous les enfants en leurs offrant un petit cadeau.
L'après-midi festive s'est clôturée avec un goûter gargantuesque.
Un grand merci aux enfants, aux parents et aux assistantes maternelles de l'association



vendredi 30 septembre 2016

Les chroniques de Françoise Näser

Une question de confiance. Par Françoise Näser

Assistante maternelle, auteure

« Il faut bien faire confiance » se dit Maman en sortant de chez sa toute nouvelle assistante maternelle, un gros nœud dans la gorge, une irrépressible envie de pleurer. Jamais, jamais elle n'aurait pu soupçonner qu'il serait si difficile de confier son enfant, si difficile de choisir la bonne personne, celle qui allait prendre soin de son bébé sans chercher non plus à lui voler sa place dans son cœur. Comment savoir, une fois la porte fermée, une fois le dernier sourire, le dernier au revoir de la main, comment savoir ce qu'il se passe vraiment ? Quelle angoisse, tout de même, de confier son bébé à une inconnue ! Même si elle fait plutôt bonne impression, même si sa famille est sympathique, même si son intérieur est accueillant. Son bébé à elle, cette extension de son propre corps, sa petite « Crevette d'amour » est restée derrière elle, c'est un fait. Culpabilité ? Un peu quand même. Même si Maman est ravie de retrouver son travail, même si, pour être tout à fait honnête, ses collègues lui ont bien manqué, qu'y a-t-il de naturel à voir son bébé dans les bras d'une autre femme ? Pourtant, tout se passe bien : l'adaptation, cette période où chacun prend ses marques à son rythme, où on se découvre les uns les autres, ses habitudes, ses petites manies, l'adaptation est en bonne voie. Bébé reste maintenant de longues heures chez sa nounou sans soucis : lorsque Maman arrive le matin, son assistante maternelle prend le temps nécessaire pour la rassurer, et, le soir, lorsque Maman repart, elle écoute en buvant du petit lait le compte rendu de ces quelques heures, émaillé d'une petite anecdote « aujourd’hui, il a attrapé un hochet sur son tapis de jeu» ou bien « il a bu son biberon plus rapidement qu'hier et n'a pas eu de régurgitation cette fois-ci».

« Il faut bien faire confiance » se dit Bébé, dans les bras de sa nounou. Comment faire autrement ? Du haut de ses 3 mois, il n'a pas vraiment d'autres choix ! Ses parents ont décidé de le confier à cette femme tandis qu'ils partent travailler : il compte donc maintenant sur celle qui n'est pas sa maman, pour le nourrir, le maintenir au propre, le faire dormir. Mais aussi le faire rire, le consoler, l'écouter et bien d'autres choses encore. C'est vrai que dans ses bras, il se sent plutôt bien, et que même si ce n'est pas l'odeur bien connue de sa maman, cette étrangère sent plutôt bon. Il a vraiment envie de lui faire confiance, de s'abandonner en toute sérénité dans ces bras qui bercent tout en douceur, en l'écoutant fredonner des comptines. Chante-t-elle pour lui tout seul ? Car il y a d'autres enfants, il les a vus ! Et surtout entendus. Ils sont assez chamailleurs, et passent de temps en temps dans son champ de vision : ils sont bien plus grands et ont l'air de faire des choses passionnantes. L'un a un objet rouge dans la main et le lui agite devant le nez en demandant « Nounou, tu crois qu'il veut jouer avec la voiture ? » Bien sûr qu'il voudrait pouvoir attraper ce bel objet, même s'il ne sait vraiment pas ce que c'est. Un autre s'approche et réclame lui aussi un biberon de lait. Il semblerait que d'autres personnes partagent son régime alimentaire, quelle surprise ! Dès qu'il aura fini sa sieste, il tentera d'en apprendre plus, parce que pour le moment, ses yeux se font lourds et il espère regagner au plus vite son joli lit à barreaux et son doudou. Un dernier câlin, une dernière caresse rassurante et le voilà installé confortablement dans la pénombre.

« Il faut bien faire confiance » se dit l'assistante maternelle face à cette nouvelle famille. C'est qu'elle en a vu de toutes les couleurs dans sa carrière ! Elle pourrait en raconter des anecdotes tristes ou risibles, inquiétantes ou amusantes ; des expériences elle en a faites, parfois de très mauvaises et parfois de très bonnes. Chaque nouvel accueil apporte son lot de surprises et de la même façon qu'aucun enfant n'est semblable, aucun accueil ne se déroule de la même manière. Chaque famille a ses horaires, ses habitudes, ses souhaits en matière d'éducation : il faut savoir s'adapter tout en gardant le cap. Comment vont se comporter ces employeurs-là ? Vont-ils respecter les horaires et toutes les autres clauses du contrat établi ? Va-t-elle être rémunérée en temps et en heure ou bien devra-t-elle réclamer tous les mois son salaire ? Va-t-elle devoir batailler pour ses congés ? Elle a déjà connu tout ça, et plus d'une fois ! Comment vont se comporter ces jeunes parents avec elle ? Sera-t-elle pour eux une personne-ressource ou bien uniquement leur salariée ? S'établira-t-il au fil du temps une relation amicale ou strictement professionnelle ? L'adaptation du bébé se passe très bien : il semble s'acclimater rapidement et sa maman, bien que visiblement stressée, paraît plus sereine de jour en jour. Les deux femmes commencent à s'émerveiller ensemble des petits progrès accomplis quotidiennement par le bébé. « Ce n'est pas facile pour les parents de confier leurs enfants. Pour avoir le cœur en paix, il faut qu'ils fassent confiance à la nounou, et nous aussi. Quand les grandes personnes se font confiance, qu'elles se parlent bien, les enfants se sentent en sécurité, ils sont tranquilles. » (1) La confiance est au cœur de cette relation : les graines en ont été semées, elles restent à cultiver et à croître au fil du temps.

 https://lesprosdelapetiteenfance.fr/vie-professionnelle/paroles-de-pro/chroniques/les-chroniques-de-francoise-naser/une-question-de-confiance-par-francoise-naser

jeudi 23 juin 2016

http://maitressepatate.eklablog.com/fichez-moi-la-paix-avec-montessori-a126212692

un autre regard !

mercredi 9 mars 2016


La motricité libre

Emmi Pikler développera ce concept de "motricité libre" ou « motricité autonome » tout au long de sa vie professionnelle.

Déroulement du développement moteur autonome selon Emmi Pikler


Quelques extraits d’une conférence de Myriam David, en 2003

…« La contribution majeure d’Emmi Pikler concerne le rôle essentiel que l’activité spontanée du bébé joue dans son développement. En effet, elle découvre combien le bébé prend plaisir et intérêt à exercer son activité spontanée et comment il se saisit des possibilités nouvelles offertes par son développement sensori-moteur, progressant ainsi de jour en jour à petits pas dans ses capacités et découvertes, au rythme de ce développement, chaque petit pas précédant et préparant le suivant dans un processus continu et dans un ordre donné. Ce faisant, le bébé ne poursuit pas un but, il va à l’aventure, découvre à tâtons, reproduit, maîtrise chaque acquisition au fur et à mesure de la poursuite de son chemin. On le voit capable à cet égard de faire de grands efforts et de ténacité, mais capable aussi de se reposer, parfois de regarder ailleurs, puis retourner à sa tâche.
Au travers de l’exercice de cette activité spontanée, le bébé est en vérité le moteur, l’animateur de la progression de son développement global : psycho-moteur, cognitif, psychique »…
… « Il importe de ne pas le contrarier en faisant intrusion, en exposant par exemple le bébé à des postures qu’il n’a pas encore découvertes et qu’il n’est pas encore prêt à adopter, lui enlevant la joie de découvrir par lui-même et la confiance en ses propres capacités »….
… « Elle montre l’importance pour le bébé de bénéficier de trois espaces de vie bien distincts et qui s’alimentent l’un l’autre :
  • Aire des soins corporels au sein d’une relation chaleureuse, intime avec la personne qui assure l’ensemble des soins et organise ces trois espaces. Cette intimité étant le fruit d’un regard attentif, permettant d’accéder à une connaissance du bébé réel, de ses progrès et acquisitions quotidiennes, de ses façons d’être, de ses capacités, celles déjà acquises, celles qu’il commence tout juste à exercer, celles qui s’annoncent, ceci favorisant la mise en œuvre des soins bien ajustés à l’état du bébé.
  • Aire d’exercice de son activité par lui-même : espace de jeu et d’activité libre dans laquelle l’adulte n’intervient pas directement mais qu’il prend soin d’organiser de façon à assurer sa permanence quotidienne et la sécurité du bébé. Le cadre de cet espace, sa dimension, ses limites, son contenu étant pensés en fonction du développement du bébé, de ses goûts et intérêts.
  • Aire de repos et de sommeil : la succession, le rythme, la durée respective, le contenu de chacun des espaces étant régulé en fonction de l’observation de l’état de l’enfant : état de développement, de vigilance, de fatigue, d’appétit, de satisfaction, etc. Afin que le bébé soit en état de bien-être corporel et qu’il puisse ainsi jouir pleinement de l’exercice de son activité spontanée dans chacun de ces espaces. »…

Pour approfondir la notion de motricité libre

  • E. Pikler : "Se mouvoir en liberté dés le premier âge" - Puf (épuisé) - Diffusé par APLF
  • A.Szanto, A.Tardos : "Se mouvoir en liberté" - DVD diffusé par APLF

vendredi 25 septembre 2015

Un enfant n'est pas un jouet ...

Après deux/trois semaines de vacances bien remplies, où nous avons vu beaucoup de monde, essentiellement la famille d'ailleurs ... avec le passage des uns et des autres, un mariage etc. ... Petit Baroudeur et moi étions contents de rentrer  à la maison ... 
D'une part pour retrouver nos petites habitudes, certes, mais surtout parce que le comportement de certains adultes avec mon fils commençait à m'agacer très sérieusement. 
Donc, oui, Petit Baroudeur est un petit enfant... avec sa personnalité propre, ses envies, ses choix, ses peurs, ses qualités et ses défauts .... 
Et non, ce n'est pas un pantin qui doit correspondre à ce que l'adulte en face de lui souhaite au moment "t"... 
Et ce n'est pas non plus un jouet attendrissant avec lequel on s'amuse 5 minutes "il est tellement mignon"  et sur lequel on crie ensuite dessus parce qu'On a autre chose à faire ... et que forcément lui trouvera aussi autre chose à faire pour rappeler sa présence ...
Ce n'est pas parce qu'un enfant est petit qu'on peut lui dire n'importe quoi, exiger de lui tout et son contraire, le soumettre à un chantage permanent culpabilisant style "Tu ne veux pas me faire un bisou? Bon, alors je pleure... " , ou trouver amusant de lui faire peur en lui racontant qu'il ya des loups partout (dans la cave, dans la pièce où il veut aller, dans le jardin quand la nuit tombe etc. ). 
Tout cela est assez commun et banal, je suis sûre ... et je pense que de nombreux témoignages des uns et des autres pourrait rejoindre mon propos ...
Alors, il est peut être bon de remettre noir sur blanc qu'un enfant est une personne à part entière ... avec une dynamique propre à l'enfance, une manière de penser spécifique.... et il n'est pas un mini clone de ses parents, un mini adulte qui peut tout comprendre, un animal de compagnie...
C'est bien de râler, mais que faire ? Des cartes de voeux "Les bonnes résolutions pour s'occuper d'un enfant" ... des cartes postales " Vacances heureuses ... avec un petit loulou" ... des affiches "Les 10 commandements des Papi/ Mamie/ Oncles / Tantes / Cousins etc."  ... 
avec des choses toutes simples dedans: 
1. Quand je propose de m'occuper de Loulou, c'est à 100% ... 
Ben oui, sinon ça donne ... je cuisine, je crie sur Loulou qui touche aux couteaux de cuisine ... je débarasse le lave-vaisselle, je crie sur Loulou qui met en route le four etc.  et au final, le temps où j'ai proposé de m'occuper de Loulou sera négatif pour lui et pour moi. 
 2. Loulou n'a pas une mémoire de poisson rouge ... 
Et oui, donc il se rappelera de ce que vous lui avez expliqué ou dit ... donc, vous ne vous étonnerez pas qu'il ne veuille plus entrer dans la pièce où la veille vous lui avez dit qu'il y avait un loup... 
3. Loulou est logique 
Si vous jouez avec lui à table avant que le plat n'arrive, ne vous étonnez pas qu'il continue de jouer et s'excite une fois le plat arrivé... alors que vous, êtes centré sur le contenu de votre assiette. 
Si vous chipez ses affaires ou lui faites des tours pendables, ne vous étonnez pas qu'il vous dise qu'il veut faire la "bagarre"  avec vous, ou qu'il mime de vous tirer dessus en disant "pan" ( et rappelez vous qu'il est petit, et qu'il ne met pas du tout la même chose que vous sur ces mots et situations). 
4. Loulou pense ( et oui !!! ) 
Doué de parole (!), Loulou vous dira ce qu'il pense de telle ou telle situation, acceptera/ demandera/ refusera  vos propositions... Certes, ce n'est pas toujours agréable... mais pensez que vous êtes avec lui, comme avec n'importe qui d'autre, dans une relation... un dialogue ... et que tout propos arbitraire sans aucun temps d'adaptation ou de transition risque bizarrement d'être mal accueilli. 
5. Loulou est très sensible au niveau émotionnel
Loulou est petit, chaque émotion est vécue intensément, sans filtre, sans pouvoir être relativisée  (rappelez vous quand vous étiez ado... ça s'en rapproche) ... donc ne vous étonnez pas de ses réactions vives... son chagrin est intense, sa colère est bouillonnante, sa joie est débordante, sa peur est irraisonnée et peut être irraisonnable
6. Loulou est fatigable 
Loulou a un rythme d'éveil/sommeil différent du votre... et sa fatigue s'exprime différemment de la votre... il n'ira pas faire la carpette sur un transat... mais pourra alterner entre des phases de repli / irritabilité / excitation ... Dans ces cas là, il ne sert plus à rien de "crier", il ne vous entend plus ... il ne vous reste qu'à lui permettre de se reposer. 
7. Loulou apprend en jouant/ bougeant
Pour lui, c'est vital ... oui, il est fatigant mais pour être bien dans ses baskets, il a besoin de bouger, parler, voire crier ... si vous contrecarrez tout cela, attendez vous au pire !!!
8. Loulou... nombril du monde
Enfin, c'est ce qu'il croit ! Il faut lui apprendre à vivre avec les autres, à intégrer règles et codes sociaux... mais pas tout en même temps et pas avec une tolérance zéro... 
9. Loulou a ses humeurs, ses trucs à lui 
Comme vous, Loulou a des jours "avec" et des jours "sans" .... des jours où il se lève du pied gauche... Loulou ne se montre pas toujours sous son meilleur jour ... n'en faites pas une affaire personnelle, même si ce jour là était le jour où il devait épater vos amis parce qu'il est évidemment le plus beau, le plus intelligent, le plus "en avance" ... poli... aimable... souriant de tous les enfants. 
10. Loulou a des parents
C'est dommage, hein ? Mais voila, c'est comme ça, et ce sont eux qui donnent les lignes directrices de l'éducation de Loulou... Si vous voulez que tout se passe bien, évitez de contester, ignorer, critiquer négativement la conduite des parents de Loulou ... il le sent et le ressent ... et vous le fera comprendre. Rappelez vous que pour Loulou, les personnes fondamentales de sa vie sont justement ses parents ... et elles le resteront en filigrane toute sa vie. 

Bon, j'imagine la tête des gens si je leur offrais cela... mais pourtant, ce ne serait pas une mauvaise idée !!! 
Et vous, des idées ? Des remarques ? 

http://journalpsychomotricienne.fr/relation-parents-enfants/education/315-mon-fils-n-est-pas-un-jouet.html#.Ug9mcz1ZSD8.facebook